Rechercher
  • bdupre

de la com unifiée à la digital workplace

Mis à jour : 2 déc. 2019



Petite histoire des outils numériques de travail

L’IP transformation du secteur des télécommunications qui facilite grandement la convergence et le couplage de l’informatique avec les télécommunications a donné naissance dans les années 2000 au concept de communications unifiées. Ce concept a continué d’évoluer au fil des ans et il prend désormais plus souvent l’appellation de digital workplace, une approche plus large qui participe activement à la transformation numérique des entreprises


Alors que la communication unifiée mettait l’accent sur les potentialités de la technologie sans savoir très bien au départ les bénéfices que l’on pourrait en tirer, aujourd’hui c’est donc l’ensemble de l’environnement numérique de travail de chaque collaborateur dans l’entreprise qui est revisité à travers de nouvelles offres plus intégrées, plus globales et plus simples à mettre en œuvre.

De quoi s’agit-il, exactement? Les techniques de l’information et de la communication (TIC) nous ont amené successivement dans l’entreprise, et donc dans l’environnement de travail : le téléphone, la messagerie électronique (email), la gestion électronique de document (GED), l’intranet, l’agenda partagé, le smartphone, les imprimantes connectées, la web conférence, les workflow, les gestionnaires de taches et de projets…

Ne nous y trompons pas. Le téléphone et l’email restent aujourd‘hui encore très majoritaires pour communiquer à titre professionnel entre les individus.

Ce sont là pourtant de bien vieilles technologies ! Plus de 100 ans pour le téléphone et plus de 40 ans pour le courrier électronique ! Mais il est vrai aussi qu’elles ont su se moderniser. La téléphonie connait une nouvelle jeunesse depuis sa version mobile. Les services associés de type messagerie vocale ou encore l’avis d’appel en instance pour n’en citer que deux, valorisent l’usage du service. Quant au courrier électronique il a adopté depuis quelques temps déjà une ergonomie moderne avec en particulier le regroupement des messages en fil de discussions.

On peut presque considérer, d’une certaine manière que les nouveaux services sont les descendants directs de ces deux modes de communication interpersonnelle, par l’oral et par l’écrit.

L’évolution des outils de conférence téléphonique est de ce point de vue assez révélateur à la fois de la révolution technologique, de l’enrichissement des services, de la diversification des usages et de la complémentarité de l’écrit et de l’oral.

L’histoire s’écrit ainsi. D’abord est apparue l’audio conférence. Dans un contexte de réseau téléphonique analogique et commuté on a créé des « ponts de conférence » avec des équipements dédiés à la réalisation de ce service au sein du réseau. Le passage à la visio conférence est venu de la technologie dite RNIS et de codec vidéo associés à des écrans de type TV. La voix et l’image portées désormais par le même protocole de communication (IP) ont maintenant migrés sur le web et leur exploitation en mode conférence en est considérablement simplifié et banalisé. En terme d’expérience utilisateur l’enrichissement du service est considérable : non seulement les fonctionnalités de messagerie instantanée (chat), tableau blanc, partage d’écran, ou encore enregistrement sont parfaitement intégrés à l’audio et la visio conférence, et pilotable par l’animateur de la réunion, et aussi, pour ce qui les concerne par chaque participants, mais de plus tout ceci est rendu possible avec la même simplicité, depuis une salle de réunion, son bureau, ou ailleurs sur son smartphone ou en télétravail.

Mieux, pour sécuriser le fonctionnement et bénéficier du meilleur des deux mondes on peut généralement se connecter par le web mais aussi sur un « pont téléphonique » avec un numéro à 10 chiffres et un code.

Les bénéfices de la conférence téléphonique totalement banalisée ne s’arrêtent pas là puisqu’avec la même technique l’entreprise peut proposer à ses clients des « webinar » pour les informer sur ses produits et solutions.


Périmètre de la Digital Workplace



4 vues